Interdiction de vendre la cigarette électronique e


L'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) recommande de ne pas consommer de cigarettes électroniques. Elle souligne que ces produits, généralement vendus en pharmacie, n'ont pas d'autorisation de mise sur le marché.

« Les cigarettes électroniques s'avérant contraires à une action médicale d'aide à l'arrêt du tabac, nous avons par conséquent décidé d'en interdire la commercialisation en officine », a, pour sa part, annoncé la secrétaire d'Etat française en charge de la Santé.

Ces cigarettes ont des concentrations en nicotine assez élevées qui font que leur utilisation n'est pas sans risques. Il n'existe aujourd'hui aucune preuve scientifique qui validerait l'efficacité de ces produits mais aucune preuve non plus qu'ils sont inoffensifs, indique l'Afssaps. N'étant pas considérée comme un médicament, la cigarette électronique n'a pas été soumise aux tests de sécurité spécifiques. « Aucune cigarette électronique ne dispose d'une autorisation de mise sur le marché en tant que médicament, aucun fabricant n'ayant déposé de demande en ce sens », précise l'Agence.

La cigarette électronique s'est développée comme alternative à la cigarette classique, dont elle reproduit l'apparence. Elle présente à son extrémité une diode simulant la combustion et contient une cartouche dont la solution s'échauffe au contact d'une résistance, la vapeur produite étant inhalée par l'utilisateur. Ces solutions contiennent des quantités de nicotine qui, même à des concentrations faibles, peuvent conduire à des effets indésirables graves, notamment chez les enfants, avertit l'Afssaps. Et d'ajouter qu'un risque de de dépendance primaire peut survenir, quelle que soit la quantité de nicotine contenue dans la cartouche.

L'Afssaps préconise plutôt un sevrage avec des substituts nicotiniques qui ont prouvé à la fois leur efficacité et leur sécurité.

OVDP

Copyrightroulartamedica.be 

Category :   L'actualité