Perdre du ventre? Mincir? Mangez lentement!


Vous êtes au-dessus de votre poids normal? Vous bataillez contre un ventre trop rond? Et si vous preniez le temps de manger?

Manger : de la bouche au cerveau, en passant par le ventre

Dès que vous commencez à manger, une extraordinaire série de réactions physiques, biochimiques, nerveuses et hormonales démarre. Toutes aboutissent dans une partie de votre cerveau, l'hypothalamus, où est située une sorte d'ordinateur qui contrôle votre appétit et votre rassasiement, engrangeant au fur et à mesure les informations transmises par une véritable armée de récepteurs nerveux.

Dans votre bouche, ceux-ci envoient les premières infos sur le goût, l'odeur, la consistance et la composition de ce que vous mangez. Ce qui déclenche la sécrétion d'hormones qui régulent votre appétit et votre satiété.

Puis arrivent les renseignements expédiés depuis votre estomac : ils concernent les quantités et sont transmis par des récepteurs sensibles à la dilatation de ses parois.

Ensuite, quand les aliments arrivent dans votre tube digestif, une cascade d'hormones est sécrétée : elles agissent sur votre sensation de rassasiement et la satiété (plus envie de manger) qui suit.

Enfin et toujours dans votre tube digestif, des infos sur les éléments nutritionnels, (protéines, lipides, glucides) que vous avez absorbés sont envoyées à votre centre de satiété. Car ils agissent aussi sur elle.

Que se passe-t-il quand vous mangez vite ?

Quand vous mâchez rapidement, que vous avalez tout de suite chaque bouchée, les premières infos n'ont pas le temps d'arriver dans l'ordinateur "rassasiement" de votre cerveau. Il ne s'allume pas.

Il ne peut donc pas saisir les suivantes, celles envoyées par les récepteurs de votre estomac et qui concernent les quantités que vous avalez. Ou bien il les saisit mal car sa paroi, plus ou moins rigide, ne réagit pas de la bonne façon.

Il faut 15 à 20 minutes pour que votre centre de satiété se mette en marche. C'est un système très sophistiqué qui fonctionne sous l'influence de neurotransmetteurs particuliers.

Et qu'est-ce qui déclenche leur sécrétion ? La mastication ! C'est elle qui allume l'ordi.

Pourquoi manger vite fait grossir ?

Quand vous avalez un repas en 20 minutes, il n'y a rien d'étonnant à ce que ça bugge de tous les côtés et que votre centre de rassasiement ne fonctionne pas ou mal.

Vous avez la sensation d'un estomac rempli en sortant de table ou après avoir avalé votre sandwich ou votre burger, mais elle disparaît vite et deux ou trois heures plus tard, vous avez envie de manger. Ce que vous faites, sinon vous ne vous sentez pas bien.

Et c'est ainsi que vous vous administrez des lipides et des sucres en plus, dont vous n'avez pas du tout besoin.

Ceux absorbés au cours de votre repas n'ont pas été correctement enregistrés mais ils sont bel et bien là, dans votre corps. Et ceux des grignotages, absolument superflus, se transforment en gras qui va se loger de préférence sur votre ventre, toujours prêt à les accueillir !

Quand vous avez vidé votre assiette en deux ou trois minutes, vous vous resservez, ne serait-ce que pour tenir compagnie à ceux qui en sont encore à la moitié. Ou parce que vous ne vous êtes même pas aperçu(e) de ce que vous avaliez.

Ce qui vous conduit à manger deux fois plus, largement au-dessus de vos besoins énergétiques, d'où calories superflues et stockage de gras ventral.

Comment manger lentement peut vous faire maigrir

Tout simplement parce qu’en mangeant lentement, vous allez rebooter votre ordinateur "rassasiement" !

Si vous mastiquez bien chaque bouchée, les neuromédiateurs qui déclenchent son activité vont avoir le temps de faire leur boulot. Les infos envoyées d'abord par les récepteurs de votre bouche, puis par ceux de votre estomac seront bien codées, de même que celles expédiées depuis votre tube digestif.

Peu à peu, votre cerveau va enregistrer tout cela et au fur et à mesure qu'il comptabilisera les quantités de protéines, de lipides, de glucides et de calories, il vous enverra des alertes qui vous feront ralentir : ce que vous avez encore dans votre assiette vous paraîtra de moins en moins bon. Puis arrivera le signal "stop" : vous n'aurez plus du tout envie de manger.

Ainsi, vous mangerez moins ! Vous n'aurez pas envie de manger deux ou trois heures après votre repas, vous ne vous resservirez plus. Vous n'engrangerez pas de ces calories en trop qui se transforment en graisse.

Et vous perdrez inévitablement du poids et du ventre. Pas à toute allure, mais doucement et sûrement.

Comment vous obliger à manger lentement ?

Tous ceux et celles qui mangent vite pensent toujours qu'ils ne peuvent faire autrement. Ce qui est faux !

Certes, au début, vous devrez vous obliger à mastiquer, même des bouchées bien molles, genre purées, pâtes, burger. Mais très vite, vous allez prendre goût aux goûts et aux saveurs, retrouver le plaisir de déguster, et cela ne sera plus un effort.

Mais en fait le meilleur moyen de manger lentement, c'est justement de ne pas manger mou ! Quand les aliments sont fermes et/ou croquants, il est quand même plus difficile de les avaler sans bien les mâcher.

Et qu'est-ce qui est souvent ferme ? Les légumes (à condition qu'ils ne soient pas archicuits) et le pain complet. Ils ont de plus le mérite d'être riches en fibres qui vont occuper de la place dans votre estomac et aller titiller les récepteurs des quantités !

Ainsi vous avez en main les bonnes cartes pour perdre du poids et du ventre. Si vous y ajoutez celle de l'exercice physique, vous serez gagnant(e) à tous les coups.
Paule Neyrat

Sources : The specificity of satiety : the influence of foods of different micronutrient content on the development of satiety. Rolls BJ, Hetherington M, Burley VJ (1988). Physiol Behav, 43 (2) : 145-153.
Hypothalamic Neuronal Histamine: Implications of its Homeostatic Control of Energy MetabolismSakata, Toshiie; Yoshimatsu, Hironobu; Kurokawa, Mamoru . Nutrition, Volume 13, issue 5 (May, 1997), p. v,vii,403-411.
ISSN: 0899-9007
Protéines laitières et satiété, contrôle du comportement alimentaire . Fromentin G., Darcel N., Lesdema A., Rasoamanana R., Chaumontet C., Gaudichon C., Tomé D., Marsset-Baglieri A. INRA/AgroParisTech, CNRH-IdF, UMR914 Physiologie de la Nutrition et Comportement Alimentaire, INRA/AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, 75231 Paris Cedex 05
/metabolisme-nutrition.edimark.fr/publications/articles/integration-hypothalamique-des-signaux-de-faim-et-de-satiete/950

Copyrighte-sante.fr 

Category :   L'actualité