Les seins martyrs du sport


Les seins occupent une place fondamentale dans l'image du corps de la femme. Raison de plus pour s'inquiéter des mauvais traitements qu'ils subissent parfois dans le sport.

Certaines disciplines sont mauvaises pour les seins

Le jogging, le golf, le judo, l'équitation, le volley, toutes ces disciplines posent problème aux poitrines trop généreuses.

Un tour de poitrine qui dépasse le 95 ne permet pas de courir le marathon, c'est aussi simple que cela!

Dans la mythologie grecque, les Amazones se coupaient carrément un sein pour tirer à l'arc. On connaît aussi l'histoire de Violette Morris, grande vedette sportive d'avant-guerre, qui fit notamment carrière dans les sports automobiles et subit une mastectomie (ablation des seins) pour pouvoir mieux piloter ses bolides.

Aujourd'hui, on ne recommandera à personne cette résolution extrême. Mais il arrive que l'on procède à une intervention chirurgicale de réduction mammaire lorsque la poitrine constitue un véritable handicap.

Un soutien sportif pour les seins des sportives

Rappelons que la glande mammaire ne comporte aucun muscle. Les seins sont suspendus en équilibre précaire par les pectoraux et des muscles de la peau qui sont soumis aux forces de gravitation.

D'où l'idée d'une pièce de soutien que l'on retrouve sous différentes formes tout au long de notre histoire vestimentaire: combinaison, gaine, bandes, etc. Actuellement, le soutien-gorge s'est imposé avec notamment des modèles spécifiquement concus pour la pratique sportive.

Ceux-ci sont coupés dans des tissus "respirants" (permettant d'évacuer la sueur) avec de larges bretelles et sans coutures aux zones de frottement qui pourraient blesser la peau.

Ils ne comportent pas d'armatures rigides, qui sont à proscrire dans le sport - surtout dans les sports de contact - car les baleines pourraient blesser.

Enfin, le choix d'un textile élastique évite à ces soutien-gorges sportifs de se dégrafer accidentellement en plein effort. On les enfile comme un tee-shirt. Au début, ils donnent parfois l'impression d'écraser la poitrine. Evitez d'opter pour une taille au-dessus, car le soutien perdrait en efficacité et risquerait d'entraîner des frottements, notamment des irritations douloureuses du mamelon.

Le sport: une double influence sur les seins

En règle générale, le sport est bon pour la santé des seins. Il participe au renforcement de la musculature de soutien.

Différentes études montrent que le sport agit plutôt plus efficacement pour ce raffermissement de la poitrine que les nombreuses crèmes et produits vendus en pharmacie.

Seulement, il ne faut pas s'attendre à des miracles: le sport a aussi un effet néfaste sur les poitrines. Ainsi, même les petits seins sont sensibles aux tressautements de la course à pied et, à la longue, ces vibrations risquent de détruire les fibres du tissu conjonctif. Résultat: les seins peuvent tomber.

Alors, sportives, investissez dans un bon soutien-gorge de sport...

Gilles Goetghebuer, Marion Garteiser.

Copyrighte-sante.be/ 

Category :   L'actualité